Sinister : plongez au coeur de l’horreur et de l’angoisse

Parmi les films d’horreur recommandés, entre 2017 et 2019, Sinister se positionne entre la 5e et la 6e place, selon les différents supports. Il fait donc partie des plus appréciés, même si on lui reproche certains défauts.

Sinister, un film d’horreur à regarder

Plusieurs trouveront le scénario classique, et sur lequel on pourrait avoir à faire quelques remarques. On pourrait aussi trouver le film bafouillant avec des scènes qui se répètent inutilement et une fin inappropriée. Néanmoins, de façon générale, ce film de Scott Derrickson est à voir. Il reflète bien l’ambiance de l’horreur. La musique, les bruits inquiétants, les agissements insolites des différents personnages, la mise en scène qui met en relation le spectateur et l’acteur principal (les deux regardants un film qui nécessite de lever le voile) sont les procédés à travers lesquels l’auteur s’amuse à élever graduellement la tension. Tout ceci pour finalement faire basculer le spectateur dans l’objet même du film : l’épouvante.

L’aspect audiovisuel, pièce maîtresse du suspense

S’il n’y a effectivement rien d’inédit dans le dénouement, la magie du film relève de ses images et tonalités assez fortes. L’activité audiovisuelle arrive à surprendre pour plonger le téléspectateur dans un suspense qui séduit. Sinister parvient à nous détacher du scénario pour nous entraîner dans une suite sonore et de représentations qui se jouent de notre attente pour susciter finalement de l’empathie du spectateur.

Ce processus débute dès la première scène, dont on ne saisit pas obligatoirement tous les détails, mais qui présente le côté magnétisant du film. Elle nous force à noter les détails de la scène dans la même logique qu’Ellison Oswalt : découvrir l’objet de l’horreur. Ainsi, l’acteur principal devient le sujet de notre empathie, le lien entre le film et nous, à travers lequel nous sommes progressivement immergés dans l’enquête. Sinister est réalisé dans la fusion habile de trois genres : l’enquête, le paranormal, l’instabilité mentale. L’enquête donne lieu à des monologues, des échanges, et une évolution progressive vers une dimension à la fois mentale et liée à l’horreur.

Synopsis et box-office

Américano-canado-britannique, Sinister est un slasher sorti en 2012, qui raconte l’histoire d’un écrivain à court d’inspiration. À la recherche d’un nouveau sujet qui lui donnera du succès, il s’installe avec sa famille dans une maison où les précédents locataires ont été tués. Son but est alors d’enquêter sur ce meurtre. Dans le grenier de la maison, il trouvera la boîte qui sera à l’origine de ses propres maux. Cette version est suivie, en 2015, de Sinister 2.

Partagez notre article ! 

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Laissez un commentaire

Jennifer Larcher

Jennifer Larcher

Passionnée par le cinéma et les séries, je partage toutes mes découvertes et notamment mes thèmes préférés comme les thrillers, les policiers, les drames. J'aime aussi les blockbusters, mais je peux tout à fait regarder des contenus chez Disney.

Continuez votre lecture