Cinéma
Cinéma

Quel rapport y a-t-il entre l’architecture et le cinéma ?

Avec la fusion des sciences et leur dispersion, plusieurs questions ont vu le jour. Des modernes aux contemporains, l’une des plus intéressantes a trait au rapport entre l’architecture et le cinéma. Vous êtes aussi curieux d’en apprendre plus sur le sujet, continuez la lecture.

Le cinéma, une alternative scolaire pour les architectes

En dépit de l’existence pratique et distincte de ses deux disciplines, l’on en arrive à les confondre dans les cursus scolaires et académiques. Comprenant que l’université est le socle et la base de tout savoir et de la maitrise réelle de toute compétence, l’on s’étonne d’une telle confusion. En réalité, il est très difficile de réussir à obtenir son entrée à l’école d’architecture. Globalement, les places proposées sont très restreintes comparativement au nombre de demandeurs. L’on se retrouve alors avec des apprenants qui poussent loin leurs efforts pour obtenir le prépa architecte à Paris Archi Prep. C’est un moyen sûr pour eux d’être admis dans les écoles d’architecture déjà très sélectives.

Déjà au niveau du prépa architecte, l’on se rend compte qu’il y a dans le module de formation une initiation au cinéma. Cela attire l’attention sur le besoin de faire un tel cours à des architectes en devenir. Cela suppose qu’à l’école d’architecture, ils auront un cours de cinéma. Ce qui se révèle d’ailleurs vrai. Aussi n’est-on pas étonné de remarquer que ceux qui obtiennent un refus pour l’école d’architecture sont en mesure de suivre un cursus dans le cinéma ou dans les arts plastiques (plus englobante). Une fois la licence obtenue, ils peuvent alors passer par la VAE pour obtenir une admission en 2e ou 3e année. Certains d’entre eux s’en remettent, finalement, définitivement au cinéma. L’on se rend alors compte que sur le plan académique et scolaire, l’architecture et le cinéma s’inspirent l’une de l’autre.

Les rapports de force entre les deux disciplines

Le cinéma et l’architecture tirent leur force de l’image. D’abord, ils la construisent. Ensuite, ils la suivent, l’ordonnent. Enfin, ils en tirent un sens ou lui impriment une vie. Cela suppose que leurs objectifs sont identiques.

« Nous sommes architectes dans un monde d’images », disait Caroline Depey. Or, cette image créée est la source de tout le travail du cinéaste. C’est là-dessus qu’il opère des changements, des manipulations pour obtenir un résultat final digne d’offrir une sensation unique que le public apprécie à sa juste valeur. L’architecte trace alors les lignes, les dessins du monde cinématographique. Dans chaque scène imagée, dans l’orientation même de l’image, se trouve un résultat du progrès architectural. En offrant au cinéma son terreau, l’architecture progresse, tout en se confrontant aux exigences tendancieuses du monde de l’image. 

Avatar

Passionnée par le cinéma et les séries, je partage toutes mes découvertes et notamment mes thèmes préférés comme les thrillers, les policiers, les drames. J'aime aussi les blockbusters, mais je peux tout à fait regarder des contenus chez Disney.